Être multi-dimensionnel

Texte du 01.11.2018

 

Poser les limites de mon Jardin.

Réunir les parties de moi (3: passé/présente/future) en 1 (ce 1 est moi, Pauline, les 3 intriqués) sous la protection bienveillante de mon esprit, mon Moi accompli -étroitement lié à la Source- qui me regarde, me guide spirituellement [et a déjà vécu tout cela?]

Je suis donc 4 en 1 : 3 parties indépendantes, qui, une fois harmonisées entre elles,crée une entité triple, qui est donc la 4ème (4ème = moi, mon âme, harmonisation de 3 parties de moi : passé, présent, futur ; en outre, la séparation temporelle n’est pas réelle, elle facilite seulement la compréhension mentale des concepts).

Je suis un être multi-dimensionnel, j’existe à la fois dans différents espace-temps, comme nous tous. Les réalités sont infinies car nous sommes créateur à chaque pensée, à chaque instant, et nous avons le libre arbitre de faire nos choix, et ces choix sont infinis. Mais avant de nous incarner, nous avons décidé ce que nous venions faire sur Terre, apprendre, incarner, enseigner, rayonner, réaliser. Le but est de se sentir en accord avec la vie que l’on mène, avec les pensées/les paroles/les actes que nous exprimons, les choix que nous faisons et ce que nous réalisons sur le plan terrestre.

Le but est de repartir en ayant expérimenté, en ayant appris, en s’étant souvenu, en s’étant réveillé, en ayant évolué comme nous l’avions prévu avant incarnation, ou mieux encore).

Le verbe est son. Le son est vibration. Et la vibration est source de création. Néanmoins, au niveau quantique, nous découvrirons un jour que la pensée est bien vibration également. Et même la forme via « l’onde de forme » est vibration. Tout n’est « que » fréquences et vibrations. Nous vivons dans un océan cosmique énergétique.

Ce ne sont pas les autres mondes qui sont invisibles, c’est l’homme qui est devenu aveugle. Heureusement, aujourd’hui on lui offre la possibilité de recouvrer la vue.

Pauline

Il est important de savoir que notre vision d’aujourd’hui pourra être différente demain. Il est important de ne pas se limiter, s’enfermer dans des étiquettes, dans des certitudes. Une prise de conscience peut être forte, on pourrait parfois se dire « j’ai compris, ceci est comme ça ». Certes cela est ainsi et fonctionner avec ce postulat sera JUSTE le temps qu’il sera juste. C’est à dire qu’à tout moment, on doit être prêt à revoir un postulat si cela s’avère nécessaire. L’univers sait insister sur les signes ou les événements /ou les ressentis, afin que nous voyons ce fait lorsqu’il doit se produire. Lors d’un changement de postulat, on peut se sentir perdu ou désorienté ; ne plus savoir qui l’on est ou avoir le sentiment de ne plus rien savoir. Cet état de fait n’est pas à juger : du chaos naît l’ordre. Cet état est la déconstruction, la dé-création d’un objet afin de transmuter cet objet (croyance/idée) en nouveau postulat, plus aboutit, plus complet, plus multidimensionnel. Car plus nous nous élevons, plus nous prenons de la hauteur, plus nous pouvons considérer un objet sous une multitude de facettes, avec une multitude de regards, et la convergence de tout cela mène à une nouvelle conception. Cela ne rend pas la précédente fausse. Elle avait sa raison d’être, elle faisait partie du chemin, nous pouvons la remercier et au revoir. Bonjour nouveau concept. Nous pouvons ainsi renaître à soi quasiment tous les jours.

Ainsi, l’idée de définir un « je suis » peut être limitant.

Personnellement, je me considère comme infiniment nombreux. Je pense que c’est ainsi car à ma petite échelle, j’ai fait l’expérience d’être le tout, de baigner en lui, avec lui, d’en faire partie, comme en fait partie tout ce qui est, car nous sommes tous un, tous intriqué dans un système d’une perfection absolue, divine, la source est une chef d’orchestre dont la musique est l’Amour. Nous pouvons tous acter pour se déconstruire et se reconstruire, se dé-créer et se recréer, autant de fois que possible ou nécessaire, afin de se reconnecter à elle, car elle est notre essence, notre source d’être. Notre rythme et nos choix nous appartiennent, car dans son amour infini, elle nous offre d’expérimenter tout ce que nous souhaitons. Tout ce que nous vivons, à un certain niveau nous l’avons choisis, aussi dures les épreuves puissent elles être. Mais nous pouvons aussi choisir le postulat qu’avec les énergies actuelles en présence, nous pouvons avancer grâce à la CONSCIENCE et non plus grâce à la SOUFFRANCE. Bien que cette dernière reste un moyen efficace, elle n’est plus nécessaire. Nous pouvons choisir d’être attentif (pleine conscience, écoute profonde de l’univers et de ses messages, ou écoute profonde de notre moi divin (notre esprit) qui lui sait déjà tout cela et nous l’insuffle), nous pouvons choisir de toujours aiguiser/éveiller/développer nos perceptions avant de percevoir les éléments d’apprentissage ou d’évolution AVANT que la souffrance ou la maladie n’apparaisse. Pour cela, il faut prendre un temps pour soi tous les jours ou dès que possible quand l’on se sent agité ou perdu. Nécessité de se recentrer, de trouver les réponses en soi pour soi et non plus forcément à l’extérieur. Personne ne sait mieux que nous, nos aspirations profondes. On peut être guidé, on peut être aidé à recevoir des clefs, mais c’est à nous de définir les clefs que l’on accepte utiliser, les portes que l’on accepte d’ouvrir, les chemins que l’on choisit d’expérimenter. Nous choisissons la personne que nous voulons être. Personne n’est mieux placé que nous pour parler avec notre âme.

Je suis là pour être ce que je suis au moment où je le suis.

Je suis là pour dire ce qui doit être dit. Cela se ressent.

Je suis là pour entendre ce que je dois entendre, Cela se ressent aussi (vibrations/résonance/ressentis/synchronicités).

Je suis là pour me faire confiance.

Je reconnais la sagesse que je porte en moi. Fruit de nombreuses souffrances, de nombreuses vies, de nombreuses expérimentations, de nombreux travaux en moi même.

Si je choisis qu’aujourd’hui mon jardin soit Beau (= harmonieux à mes yeux, pour moi), c’est parce que dans cette vie et dans d’autres (passées et dans mes voyages), j’ai eu des jardins dans bien des états. En conscience, dans cette vie, j’ai la chance de pouvoir choisir parmi les infinies possibilités de jardin.

Je suis créatrice de mon jardin. Je suis au reflet de mon jardin. Ce jardin s’entretient, se surveille, je suis responsable de mon jardin. Ce jardin n’est pas parfait, il est en constante évolution, mais je ne permets plus à personne, de le saccager. Désormais je sais qu’une partie de moi, est une puissante gardienne de ce jardin. A moi de savoir rester connectée à cette gardienne, partie de moi, pour l’écouter et prendre les mesures nécessaires dans mes relations, dans mes actes, dans mon hygiène de vie, afin de ne pas réveiller la colère de cette gardienne. Cette colère est certes porteuse, puisqu’elle me permet de reconsidérer mes actes/pensées/paroles et de les recentrer avec mes plus hautes aspirations, à faire perdurer un beau jardin riche et lumineux, plein d’abondance, lequel me ressource et est le terreau de ma force vitale, mon énergie personnelle. Mon jardin est mon espace vital, mon espace de vie intérieur, il est multi-dimensionnel. J’accepte d’écouter, d’entendre et de rester en lien étroit avec la gardienne, afin de la laisser jouer son rôle et afin de cheminer au plus proche du chemin tracé par mon âme dans cette vie.

J’ai énormément, et trop, laisser mon jardin ouvert par le passé. Il est encore des espaces qui ne m’appartiennent pas. J’ai laissé des personnes entrer et y planter des éléments qui ne sont pas moi, mais j’ai cru ou croit encore être moi. C’est le cas des fausses croyances. Elles peuvent provenir de ce que l’on m’a inculqué dans l’enfance, de ce que j’ai mal compris, mal perçu, les choses que je me suis appropriée, et tout ce qu’il y avait dans le jardin quand j’y suis arrivé, dans cette incarnation-ci (ancêtres, vies antérieurs, contrats d’âme etc).

Mon chemin actuel est de continuer le nettoyage, tout en plantant, à mon image actuelle. Il y a des nettoyages qui prennent du temps. Depuis 2013, je travaille à me convaincre que je ne suis pas folle. Aujourd’hui j’ai pris conscience des racines ou du moins d’une partie des racines de cette fausse croyance. Enfance, maman. Mais aussi transgénérationnel.

Aujourd’hui, je sais que j’ai en moi en quantité suffisante la maturité et la sagesse. Ces états d’être sont des chemins que je n’ai pas l’outrecuidance de considérer comme étant acquis. Néanmoins, j’ai une dose suffisante de ces éléments pour avoir CONFIANCE en moi, en qui je suis, en qui je suis vouée à devenir, et en quoi je suis déjà sur un autre plan. Confiance en mon DISCERNEMENT, en mes capacités, confiance en l’univers. Je sais reconnaître, bien que je doive encore bien évidemment développer cela, ce qui me procure de la joie, ce qui est à sa place, ce qui est harmonieux ou non. Une qualité aussi que j’ai acquise est d’accepter de ne pas comprendre tout, tout de suite. Les réponses viennent d’elles-mêmes, il suffit d’aller chercher quand c’est le moment, ou de recueillir quand le message est délivré. Rien est trop tôt ou trop tard, les occasions savent se représenter, si une chose doit se passer, cela se passera. Ne rien attendre, ne rien chercher, ne rien vouloir, les détails s’opèrent dans une magie d’une perfection absolue. On pose une trame (=nos aspirations profondes), on pense/parle/agit (=on adopte un état de réceptivité) en harmonie avec celle-ci, et le reste s’établit au fur et à mesure sous nos pas, réglé comme du papier à musique.

Personnellement, je choisis d’être l’instrument de mon esprit. Etre canal au mieux du divin en moi, afin de m’incarner dans ma plus haute version, car c’est celle-ci qui me fait sentir à ma place. Les synchronicités et les ressentis ne trompent pas. Je suis pleine de gratitude, infinie et immense, pour toutes ces intrications d’une éclatante perfection. La nature, les animaux, la VIE, le fonctionnement de l’univers, la puissance des mondes invisibles à nos yeux, ce Tout est… innommable, inqualifiable, c’est juste GRANDIOSE.

J’ai été confronté à des thérapeutes ou autre qui m’ont dit que mon problème était la recherche d’un idéal ou d’une perfection inatteignables, que cela faisait souffrance en moi et qu’il fallait renoncer à cela. Eric m’avait dit que c’était la source de mes migraines. Cela ne m’avait pas plu. J’ai beaucoup reconsidérer ses propos, jusqu’à me convaincre qu’il avait raison, lui, thérapeute avancé et averti depuis 30 ans. Et puis c’est revenu à mes oreilles il y a peu. Et puis, là, j’ai pu me connecté à moi et me faire confiance : NON. Je peux dire aujourd’hui qu’ils ont torts, selon MA vision de choses. Je pense que l’être humain est beaucoup plus idéal, dans ses potentiels, que ce que, eux, veulent bien croire. Aussi avancées que ces personnes puissent être, elles conservent une vision limitée de l’être humain. Aujourd’hui, j’ai eu une prise de conscience (que j’avais déjà eu en lisant en 2013 « et les hommes deviendront des dieux »), que l’homme est beaucoup + que ce que le collectif veut bien croire. L’être humain est multi dimensionnel, il n’est absolument pas cantonné au monde matériel, qui n’est qu’une des nombreuses facettes de ses expériences.

L’être Humain réalisé est très puissant. L’Homme debout est un Créateur. Il a une palette de vibrations possibles incroyables. Il peut être et faire énormément. Même lorsqu’il n’en a pas conscience, et donc qu’il ne s’en souvient pas, il est loin d’être aussi limité qu’il a pu longtemps le croire. Ou qu’on a voulu lui faire croire ou oublié qui il est.

Les énergies en présence nous permettent de nous ouvrir des portes au sein de notre champ de conscience, de perceptions. On a de plus en plus d’outils, d’aides, de guides, de possibilités, pour prendre conscience de tout cela et émerger dans qui nous sommes réellement. A nous de mettre le pied à l’étrier.

J’aime le Hors-Temps (l’Akasha), justement parce qu’avec lui les limites de la vision linéaire et humaine du temps (perception fausse et limitante) tombent. Le but est d’élargir les perceptions, la vision des choses et le recul nécessaire à prendre pour comprendre certains aspects de la multi dimensionnalité de l’être humain. C’est une sacrée gymnastique de l’esprit ! Le mental est un outil de transmission mais il est loin d’être la source d’intégration ou de compréhension. Il est un traducteur, un moyen de transmission, mais c’est dans le champ (qui est hors temps) que l’on trouve des réponses.

Les champs des possibles sont infinis.

Mercredi 01.11.2018; Enième re-naissance à moi-même.

21h21 encore un 3 3, après les nombreux 333 d’aujourd’hui et tous les 3 qui me suivent en ce moment. Même 3 participantes au niveau 3 de reiki et 3 participantes à la journée de formation aux annales akashiques d’aujourd’hui ahah. C’est « bien » (entendre c’est juste), je suis bien sur mon chemin puisque je suis là pour me réaliser dans l’énergie christique. Le passage 369 a eu lieu quelques jours avant la journée avec le guérisseur philippin que j’ai faite jeudi dernier.

***

L’émotionnel est un outil au même titre que le mental.

C’est un outil possible mais non nécessaire. On peut s’en servir mais on peut ne pas le subir. Pour cela il faut regarder avec « l’œil unique du cœur », c’est à dire avec la Conscience. Porter un regard en conscience sur un fait, un ressenti ou une émotion, permet de ne pas d’identifier (= se perdre) sur un état éphémère mais permet d’engrammer, d’intégrer une prise de conscience, de manière plus douce et bienveillante que de s’infliger la violence d’une forte émotion, et encore pire : de la laisser perdurer dans le temps. Une émotion doit être lue, comme doit l’être un événement qui demande cela. Une émotion ou un mental qui surgit, demande à être « purger », je veux dire que cela indique qu’il y a quelque chose à comprendre. Il faut se poser, se centrer, se connecter à Soi, pour déceler, comprendre, « mettre le regard sur ». Une prise de conscience = une transmutation. Regarder en conscience un objet (/une idée/un événement/une émotion/une pensée/une croyance…) offre une lecture profonde, parlante, enrichissante, enseignante, guérisseuse.

L’état de vacuité est une des clefs.

Dr Elektrange

01.11.18

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s