Réjouissances

Nuée d’étincelles luminescentes,
Éther visité dans la jouissance,
félicité à la douce évanescence.

Ces instants aux chaires évadées, presqu’arrogantes
Sont le passe temps choyé des âmes débonnaires
Adieu les mélopées délinquantes, jadis si tortionnaires.

Vieux palace rénové, tamisé des peines passées
Confine enfin le parfum d’une ode rêvée.

Ce murmure d’espoir, endigué par les blessures
Recouvre sa voix et clame avec splendeur,
Ce que toujours il priait avec ferveur.

Victime des pires turpitudes, mon cœur résigné est charmé.
Il avait abandonné, conscient d’être mal armé
Mais indécent, il a osé et le voici rescapé
Devant cette éminente faveur, il souffle de plénitude.
Devant cet oasis enchanteur, il saisit la gratitude
Évinçant les traces sanglantes de cette épopée

Désormais lové dans son digne idéal, il s’installe.
Il ne craint plus l’effroi même s’il s’emballe,
il sait comme le destin est loyal et qu’elles sont là
Elles veillent ici bas et lui offrent ce gala.

Les fées.

Pauline Chat-Niah
08/05/2015

peinture-bridgman-dolce-farniente-tableaux-jean-jacques-rio

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s