Déception

Inondée par ces désillusions,

Encore frappée, le vermillon

A coulé, ineffable déception,

Amer trouble de mes fictions.

Je t’aime, trois mots

Depuis l’enfance si beaux;

Dénués de sens finalement,

Oublié, le prince charmant.

Mais une lueur subsiste

Aux confins du possible;

Voici mon âme qui résiste

A un destin si triste.

25/09/2014

Pauline Chat-Niah​

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s